En pratique

Le Zoo de Ranua fait-il partie des incontournables ?

Le Zoo de Ranua héberge 150 pensionnaires d’espèces animales nordiques depuis presque 40 ans. Vous trouverez ici quelques informations, telles que l’éthique du zoo, ses engagements, les animaux que l’on peut y voir, ses horaires, ses tarifs et comment y accéder.

Avec ses 150 pensionnaires, le parc animalier de Ranua est spécialisé dans les espèces animales nordiques et l’arctique plus largement, depuis presque 40 ans. Les espaces de vie des animaux sont situés au beau milieu d’une forêt de conifères, qui est, pour la plupart, leur environnement naturel. On peut y trouver l’unique ours polaire de Finlande et 50 autres espèces animales arctiques et nordiques.
On a souvent l’habitude de confondre zoo et parc animalier, mais ce sont deux notions différentes. Le Zoo de Ranua est souvent nommé comme tel, mais il se définit plutôt comme un parc animalier.
Le parc animalier œuvre à la conservation des espèces et de la biodiversité, alors que le zoo appartient au passé. Le parc animalier offre également plus d’espace et de bien-être à ses pensionnaires. Mais aussi une végétalisation amplifiée de l’espace de vie, la suppression des barreaux au profit de surfaces vitrées et une immersion totale du visiteur pour observer les animaux dans leur environnement naturel.

Quelles sont les valeurs du Zoo de Ranua ? Est-ce un zoo éthique ?

Le bien-être animal est une des préoccupations majeures du Zoo de Ranua ; la plupart de ses pensionnaires sont nés directement sur place ou dans un autre zoo, ou parc animalier, et ont l’habitude de cotoyer des humains.

Quelques animaux sauvages ont été recueillis suite à des blessures ou à l’abandon de leur mère. Le but du parc animalier de Ranua, tout comme la loi le demande, est de remettre en état ces animaux jusqu’à ce qu’ils puissent retourner à leur vie sauvage ; si cela n’est pas possible, ils resteront pensionnaires permanents au parc animalier de Ranua, après avoir obtenu l’accord des autorités.
C’est l’occasion d’expliquer aux enfants que certaines espèces sont en danger dans leur habitat naturel et qu’il revient à l’homme de les protéger.
Des enclos suffisamment spacieux, des équipements spécifiques aux besoins de chaque espèce, et des gardiens d’animaux compétents, qui connaissent les caractéristiques de chaque espèce, sont des points importants du bien-être animal.

La stimulation est également un moyen qui permet aux animaux de jouer, se dépenser, réfléchir, inventer. Selon les espèces, les stimulus seront différents. Par exemple, la nourriture peut être cachée dans une boîte de carton, des jeux intelligents stimulent les corbeaux, un portique sert de cachette aux gloutons… Pour certains, un bosquet ou un bassin peut être un vrai terrain de jeu ou de cachette. Des friandises sont parfois cachées, les repas peuvent être servis sous forme de proies. Les sons, les odeurs, les pas des visiteurs vers les enclos des animaux, sont aussi des stimulus.

Les espèces animales qui sont domestiquées qui ont l’habitude de vivre dans des enclos seront placées en enclos (les rennes par exemple), et les animaux solitaires auront la possibilité de se retirer dans un espace plus intime, un peu plus à l’abri des regards, ou de rejoindre un espace de vie plus ouvert, pour déployer toute leur énergie.

La reproduction et le soin apporté aux petits fait aussi partie des pré-requis du bien-être animal.
Le dressage des animaux fait à la fois partie du processus de stimulation et de la facilitation des routines de soins, tant du point de vue de l’animal que de celui de l’homme.

Le but est de faciliter la coopération entre l’animal et les humains, et donc de réduire le stress de l’animal. Par exemple, ils apprennent aux animaux à se déplacer à un certain endroit sur demande, afin que le maître puisse passer sans problème d’une porte à une autre, ou à l’ours polaire, entre autres, à ouvrir la bouche à la demande, afin que la dentition puisse être évaluée sans anesthésie.

Programmes de protection

La nature en milieu arctique est vulnérable et les effets du changement climatique se font ressentir bien plus vivement pour les espèces animales endémiques. De nombreuses espèces présentes au zoo sont en voie d’extinction ou en réel extrême danger dans leur habitat naturel, lié aux effets du changement climatique. Le parc animalier de Ranua a donc mis en place divers programmes de protection et des projets de recherche.
Assurer la reproduction de l’espèce et la conservation de la population dans les parcs animaliers participent au maintien d’un nombre suffisant d’individus de chaque espèce animale. Cela implique une coopération entre divers parcs animaliers et zoos. En Europe, la coopération opère entre les membres de l’Association Européenne des Zoos et des Aquariums, EAZA. De nombreuses espèces animales ont leur propre programme de registre des lignées avec l’association EAZA ou avec un autre programme encore plus précis, le programme de protection Ex Situ, EEP. Les espèces incluses dans ce dernier programme ont leur propre coordinateur, qui indique au zoo quels individus devraient se reproduire les uns avec les autres ou quels individus devraient changer de zoo.

Projets de recherche

Il est plus simple d’obtenir des informations liées aux animaux résidant au zoo que vivant dans leur environnement naturel, et sans pour autant entraver leur bien-être. Par exemple, pour des projets de protection, de rétablissement ou de maintien des populations sauvages, il est nécessaire de collecter des informations sur les caractéristiques de base, les besoins, les maladies et la reproduction d’une espèce animale.
Le Zoo de Ranua tient à maintenir des projets en partenariat avec des universités ou d’autres instituts de recherche. Par exemple, il a suivi un projet de recherche en relation avec l’hibernation des ours et a aidé à découvrir si l’ADN des empreintes d’ours polaire pouvaient permettre d’identifier chaque individu.

Retour à la nature

Parfois, lorsqu’une espèce sauvage est en réelle voie d’extinction ou dans un état dangereux d’impuissance, les espèces animales hébergées au zoo retournent dans leur environnement naturel. Mais tout ceci doit se faire en accord avec des groupes d’experts et avec l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, l’IUCN.
Le parc animalier de Ranua est aussi impliqué dans la réintroduction de rennes sauvages de la forêt dans la zone de Suomenselkä.

D’autres engagements

Le Zoo de Ranua a également cette volonté d’éduquer ses visiteurs, à l’aide de panneaux explicatifs détaillés, consacrés aux espèces animales présentes au zoo, à leur protection et à la biodiversité.
Il participe à diverses campagnes autour des dommages causés par la destruction de la nature, tant au niveau de l’habitat des animaux, que des espèces elles-mêmes. Il s’engage aussi à réduire sa consommation d’énergie et de carburants fossiles, à favoriser une économie circulaire et un développement durable.
Enfin, il s’occupe des animaux sauvages blessés ou qui ont besoin de leur aide, lorsque cela est possible, et peut apporter des réponses, des conseils à ce sujet. Il travaille d’ailleurs avec certaines autorités.
Actuellement, il accueille une exposition de Maija Kovari, intitulée « Seven Steps to Save the Ocean » (« Sept Étapes pour Sauver l’Océan »), très engagée et pleine d’espoirs, suggérant de réduire les effets du changement climatique, et de ce fait, protéger la nature arctique, par de petites actions quotidiennes, que chacun pourrait accomplir.

Exposition de Maija Kovari, « Seven Steps to Save the Ocean » (Sept Étapes pour Sauver l’Océan)

Maija Kovari

« I choose to not buy things that I do not need »

« Je choisis de ne pas acheter de choses dont je n’ai pas besoin »

maija kovari

« I choose to not waste food »

« Je choisis de ne pas gaspiller la nourriture »

Quels animaux peut-on y voir ?

Cervidés

  • Renne sauvage de la forêt
  • Renne
  • Cerf à queue blanche
  • Cerf musqué de Sibérie
  • Chevreuil
  • Élan d’Europe

Mammifères

  • Loup gris
  • Sanglier
  • Ours polaire
  • Ours brun
  • Castor d’Amérique du Nord
  • Dhole (« chien rouge »)
  • Lynx
  • Glouton
  • Renard arctique
  • Renard roux
  • Boeuf musqué
  • Loutre
  • Campagnol
  • Souris des moissons
  • Vison d’Europe
  • Martre
  • Belette
  • Léopard de l’Amour

Oiseaux

  • Harfang des neiges
  • Hibou Grand Duc
  • Chouette boréale
  • Chouette de l’Oural
  • Chouette hulotte
  • Aigle royal
  • Autour des palombes
  • Bondrée apivore
  • Chouette épervière
  • Hibou des marais
  • Corbeau
  • Oiseaux d’eau
  • Grue cendrée

Infos pratiques du Zoo de Ranua

Horaires

Ouvert tous les jours, du lundi au dimanche, de 10h à 16h

Tél. : +358 16 469 2050

Mail : wildlifepark@ranuaresort.com

Tarifs

– En ligne :

  • Adulte : 21,50 €
  • Enfant 4-14 ans : 17 €
  • Etudiant : 17 €
  • Senior : 20,50 €
  • Ticket famille : 65 €
  • Groupe (minimum 11 personnes) : Adulte 19,00 €, enfant 4-14 ans 15,50 €

– Sur place :

  • Adulte : 23,50 €
  • Enfant 4-14 ans : 19 €
  • Etudiant : 19 €
  • Senior : 22,50 €
  • Ticket famille : 70 €
  • Groupe (minimum 11 personnes) : Adulte 19,00 €, enfant 4-14 ans 15,50 €
  • Tour guidé en anglais : 120 €
  • Tour guidé en finnois : 120 €
  • Tour guidé en d’autres langues : contacter par mail wildlifepark@ranuaresort.com

Comment aller au Zoo de Ranua

Adresse : Rovaniementie 29 / 97700 Ranua

  • En voiture :
    • Suivre la route de Ranua, à 82 km au Sud-Est de Rovaniemi, soit 1h04 de trajet
  • En bus :

Le parcours de 2,8 km du Zoo de Ranua

Contact

Tél. : +358 16 469 2050

Mail : wildlifepark@ranuaresort.co

Comment s’habiller pour visiter le parc animalier de Ranua en hiver ?

Pour profiter au mieux de la visite du parc animalier de Ranua, il est important d’être suffisamment bien habillé afin de ne pas avoir froid en hiver.

Entre ton nom d'utilisateur et ton mot de passe pour te connecter à ton compte.